L’humoriste Yassine Belattar détourne les clichés racistes

Dans un court-métrage intitulé 180, l’humoriste Yassine Belattar inverse les rôles des uns et des autres afin de dénoncer les préjugés, le racisme et le sexisme de notre société. Une vidéo qui met le doigt là où ça fait mal, mais surtout qui fait le buzz. Elle a en effet déjà été visionnée par plusieurs dizaines de milliers d’internautes en quelques heures.

Non, Michel, c’est l’autre blanc

Avec humour, Yassine Belattar met en scène, au travers de trois sketches, des situations racistes et sexistes malheureusement quotidiennes, mais en inversant les rôles de chacun. En effet, ceux qui discutent finance et dividendes sont noirs, et celui qui pousse la porte pour faire le ménage, blanc.
S’en suivent des remarques racistes.

Dans le sketch suivant, un employé est reçu par sa supérieure. Celui-ci cherche à savoir pourquoi, pour la même charge de travail, il est payé moins que l’une de ses collègues. Son interlocutrice lui explique gentiment que c’est déjà bien d’avoir mis un homme à un poste à responsabilité et qu’il a coûté cher à l’entreprise en raison du congé paternité qu’il a pris.

Le dernier nous plonge dans un débat en direct sur une chaîne d’info, FMB TV, à propos de la compatibilité du catholicisme avec la République. Les catholiques y sont décrits comme des gens violents et les amalgames vont bon train.

Yassine Belattarun dépassé

Si c’est bien le ton de l’humour qui est employé dans cette vidéo, Yassine Belattar a toutefois « voulu montrer l’ignominie des privilèges » selon ses propos relayés par l’Express. Il avoue être dépassé par le succès de ce court-métrage, tout en espérant que ce buzz bien involontaire permette de faire bouger les choses.

Toujours est-il que son message a reçu un écho favorable de la part de certains politiques sur Twitter, et tout particulièrement de Vincent Feltesse ou encore Cécile Duflot (ELLV).

Vous avez aimé ? Partagez cet article !

A lire également :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *